S'inscrire à notre newsletter

* champs requis
Intérêts
Je serai youtubeur (ou pas)

▴ Rencontre avec Friedrich

[2019] Il y a quatre mois, Friedrich, inspiré par des amis, est happé par le goût de la vidéo en ligne. Le jeune Forestois allemand aux tâches de rousseur suit un stage de vidéo au BRASS, crée sa propre chaîne Youtube, qu’il baptise « Chaussette Perdue » et se lance : il commence à filmer, prend en main un logiciel de montage vidéo, met ses films en ligne, interagit avec sa communauté de youtubeurs qui grandit peu à peu…
Réflexion, à travers le regard de ce garçon de presque treize ans, sur le numérique au quotidien, mais aussi sur les pratiques lucratives en ligne. La question du gain d’argent via internet (notamment chez les youtubeurs professionnels) fera justement l’objet du prochain DÉCLIC, le rendez-vous du BRASS dédié à notre rapport aux écrans.

Quelle est l’histoire de tes débuts sur Youtube ?
J’étais à la mer et j’ai eu l’idée de faire une vidéo sur ce qu’on peut bricoler avec ce qu’on trouve dans le sable. J’ai commencé à construire un bonhomme avec des cailloux, des algues séchées, des coquillages, des petites branches. J’ai tout filmé, et par la suite j’ai enregistré ma voix. Donc c’est une sorte de tutoriel pour fabriquer un homme en cailloux. J’ai pris, pour accompagner, une musique déjà sur l’ordinateur, qui n’appartient pas vraiment à des personnes.

 

Tu t’inquiètes du droit d’auteur ?
Je connais le droit d’auteur parce que les plus grands youtubeurs indiquent en bas de leur description où ils ont pris leur musique. Parfois j’utilise des musiques déjà un peu vieilles. Une de mes premières vidéos, c’est sur « Bella Ciao » : c’est moi qui joue le morceau au piano et on voit des dessins que j’ai faits pour illustrer la chanson. J’ai découvert cette chanson il y a deux ans quand j’ai voyagé en Italie. J’ai cherché sur internet la traduction des paroles en allemand : ça parle des partisans italiens, le chant encourage les gens à résister. La chanson est quand même très triste.

 

Suis-tu des youtubeurs adultes, et serais-tu intéressé pour que ta pratique prenne plus de place dans ta vie ?
Je suis beaucoup de youtubeurs allemands, et aussi Cyprien, un Français qui a douze millions d’abonnés. Ses vidéos sont drôles et pleines d’effets de montage rapide. Je me suis dit que plus tard, quand j’aurai quinze ans, les grands youtubeurs seront âgés et ça sera peut-être à mon tour. Mais il y a beaucoup d’enfants qui disent que Cyprien gagne de l’argent grâce à Youtube. En réalité, les youtubeurs adultes reçoivent de l’argent soit parce qu’ils mettent de la pub pendant les vidéos, soit parce qu’ils font du placement de produits.

« Je fais en sorte de ne pas me laisser dominer par Youtube, parce qu’à mon âge je ne peux pas rester 4 heures par jour devant l’ordinateur. »

À treize ans, tu connais déjà le terme « placement de produits » ! Tu nous expliques ?
Par exemple, dans une vidéo « life hack », la personne dit : « Pour fabriquer un canon à confettis, vous avez besoin d’un emballage de chips Pringles. ». Et elle laisse bien voir le logo des chips. Moi, je fais attention de ne pas montrer les marques. Une fois, j’ai filmé un bricolage et j’ai pris soin de cacher la marque de la colle !

 

Tu restes prudent…
Je fais en sorte de ne pas me laisser dominer par Youtube, parce qu’à mon âge je ne peux pas rester quatre heures par jour devant l’ordinateur. Je fais aussi attention à ne pas montrer ma tête, sur recommandation de mes parents, et le moins possible mon corps. Sinon j’ai supprimé des vidéos parce que je me sentais un peu gêné d’entendre ma voix.

 

Quel est ton prochain projet vidéo ?
En classe de sciences, on a fait germer des graines avec de la ouate. Ça m’a donné l’idée de faire plusieurs photos par jour d’une plante qui grandit. Je pense monter les photos les unes après les autres pour montrer en accéléré cette plante qui pousse.